La roseraie


Vous êtes ici

3 500 m2 de roses

Collectionneuse hors pair, Nélie Jacquemart-André accordait une grande attention à l’esthétique de ses lieux de résidence et d’exposition.

L'espace de la roseraie de Chaalis

Plan de la roseraieC'est un espace clos, situé juste au nord-est du palais abbatial médiéval, en point bas, dans une zone à la fois froide et humide. Sa dénomination varie selon les périodes. [1]

À la Renaissance, le petit jardin de d’Hippolyte qui s’abrite derrière le mur crénelé de Serlio [2] est l’objet de différents aménagements. Les armoiries du premier abbé commendataire somment encore le portail du mur édifié, au XVIe siècle. On y élève des fabriques, comme une pergola, un pavillon, une fontaine et une volière. Les archives de Modène nous renseignent pour partie sur les plantations du fastueux cardinal, illustre créateur des jardins hydrauliques de la Villa d’Este à Tivoli, en Italie. Dans ce petit jardin, on sème ou on repique de nombreux végétaux souvent introduits en France au XVIe siècle par les Italiens1. On y trouve de la marjolaine, Origanum majorana, du romarin, Rosmarinus officinalis, du basilic, Ocimum basilicum, mais aussi de la laitue, genre latuca, comprenant plus d’une centaine d’espèces, dont le latex blanc lui a prêté des vertus aphrodisiaques, des épinards, Spinacia oleracea, de l’oseille, Rumex acetosa qui peut favoriser le drainage des sols, des asperges, Asparagus officinalis, considérées également comme aphrodisiaques par Pline l’Ancien et des framboisiers, Rubus idaeus. Ces plantes nécessitent une bonne fumure et préfèrent plutôt des terrains légers. Le fait que cette zone était auparavant couverte d’orties semble indiquer la présence d’engrais organiques liés à l’élevage. L’utilisation précise des plantes ne nous est pas connue. [3]

photv.potdevin.jpgSur les plans du XVIIIe subsiste une forme triangulaire à l’est de ce petit jardin, vers la muraille d’enceinte, que l’on pourrait interpréter comme étant un bassin de rétention. En 1844, la partie occidentale de cet espace est devenue un potager. Dans la seconde partie du XIXe siècle, madame de Vatry y installe  un jardin fleuriste, comme celui que la reine Marie-Antoinette avait  créé à Saint-Cloud.

Au début du XXe siècle, dès son arrivée à Chaalis, Nélie Jacquemart décide de faire construire les bâtiments d’une nouvelle faisanderie pour remplacer l’ancienne édifiée par Madame de Vatry. Elle est installée au nord-ouest du jardin fleuriste. L’ensemble comprend aussi une maison de garde-faisandier accotée aux parquets à faisans. Dans toute cette zone, perdurent les problèmes de drainage et d’arrosage.
Soucieuse du bon fleurissement de ses résidences Nélie Jacquemart intervient dans les choix du jardinier et fait des coupes pour diminuer les dépenses. En janvier 1906, voici la liste des plantes commandées sur les ordres de Nélie :

60 rosiers tiges à 1.50 franc, 12 rosiers grimpants à 2 francs, 3 clématites à 1.50 franc, 25 violettes simples à 15 centimes et 20 rhododendrons rouges et roses". Le régisseur écrit : "Pour les rosiers, Madame recommande de jolies roses, le moins de blanches possible car le blanc n’est pas sa couleur favorite, il en sera de même pour les rhododendrons, ni de lilas, ni de violets.

En 1908, roseraie1photov.potdevin.jpgdans les plates-bandes d’un second fleuriste que Nélie a fait installer devant l’orangerie à la place de l’ancien jardin français, elle veut que l’on plante des Roses de Noël. Le jardinier l’informe : « Pour garnir à peu près ces plates-bandes comme Madame le désire, il en faudrait 60 pieds ; le pépiniériste de Mortefontaine les offre à 1 franc les petites et 1.50 franc les plus fortes. »
Près du fleuriste traditionnel, plusieurs serres sont réparées ou installées. Une serre à vigne reconstruite en 1909 (dès 1910, la vigne donne une centaine de kilos de raisin.), deux serres à multiplication garnies de terrines en terre cuite pour faire des semis et des plantes à fleurs (en 1907, 5000 pots de géraniums et œillets et dans chaque pot, deux ou trois boutures), l’autre serre étant également pleine de boutures (25 à 30 000) que le jardinier est obligé de faire pour les besoins de Chaalis, une serre à forcer, un rempotoir avec casiers. Les serres sont chauffées au charbon. Les framboisiers, groseilliers et cassissiers que madame apprécie beaucoup donnent assez pour faire des sirops et des confitures.
La liste des fleurs envoyées pour agrémenter l’hôtel du boulevard Haussmann nous renseigne sur les espèces cultivées à cet effet : pivoine, œillets, roses,  lilas, muguet, rhododendron, géraniums, lys impérial.
Dans les années 1920, une roseraie est plantée à l'initiative de Louis Gillet, membre de l'Institut et conservateur de l'Abbaye royale de Chaalis.
copie_de_roseraie_vue_du_ballon.jpg    
           La roseraie actuelle en début de floraison. À droite les serres restaurées par Nélie Jacquemart.
 

En 2000, le paysagiste André Gamard réaménage cet espace. Son dessin rappelle le schéma classique d’un jardin médiéval avec son bassin central. Au croisement des deux allées qui délimitent quatre carrés, trône une élégante vasque italienne en marbre rose, d’époque Renaissance. Un grand sentiment d’intimité́ se dégage du lieu. Chaque plate-bande est animée par des structures verticales tronconiques et des arceaux simples ou croisés rappelant les futaies et leurs allées couvertes. Sur le mur occidental, un feston de chaînes adoucit les formes rectilignes du mur crénelé. Au midi, une alternance de rosiers et de hêtres pourpres rappelle les créneaux et les merlons du mur de Serlio, avec en miroir, cette même alternance dans la haie, au nord. Sur le fond, dans la zone centrale, subsiste une haie curviligne de thuyas, souvenir de ces fameuses clôtures murales toujours vertes des années 1960-1970. Elle accompagne la courbe que fait la rivière qui coule à l'est. Rosiers et plantes vivaces mêlés s’organisent en compositions délicates. La palette des couleurs et celle des parfums ravissent le visiteur et transforment sa promenade en une véritable expérience sensorielle.

2006roseraiechaalisphoto03virginiepotdevin.jpgLes Journées de la Rose mettent à l’honneur cette roseraie à l’apogée de sa floraison, au mois de juin. Des bancs de pierre ou de bois attendent le promeneur qui désire rêver dans ce nouveau Jardin des délices.

 

[1] Après 1912, alors que la chapelle "royale" devient la chapelle de "l'Abbé" cet espace est appelé "cimetière des moines." Les fouilles opérées lors de travaux de décaissement dans  la roseraie et le mur de Serlio qu'on ne peut qualifier de "funéraire" engagent à ne pas retenir cette appellation. Sur les différents plans connus, le seul endroit ayant porté le nom de cimetière se trouve sur un plan de 1787 et il est situé en avant de la roseraie actuelle.
[2] Le mur crénelé devait se développer beaucoup plus vers le nord et le portail a été vraisemblablement déplacé. Le portail tel qu’il se présente actuellement semble avoir été installé après la construction du mur crénelé. La mise en œuvre du côté de l’actuelle roseraie est assez maladroite tant au niveau de l’appareillage qu’au niveau de l’implantation. Cette dernière ne respecte pas la symétrie des merlons (0.665m à gauche et 0.190m à droite). Par ailleurs, dans les différents projets de Serlio, le portail est souvent situé entre deux créneaux et non entre deux merlons, ce qui donne de l’air à la construction et un aspect plus élégant. De plus, il est à noter qu’il n’est pas situé au milieu du mur crénelé (30m à droite et 27m à gauche) mais dans l’axe du grand portail de l’abbaye du XVIIIe siècle.
Portail  Le portail a été modifié à la Renaissance pour installer les armoiries d’Hippolyte au-dessus du fronton traditionnel qui somme les constructions de ce type chez Sebastiano Serlio. La stéréotomie nous indique clairement cette reprise au revers de ce fronton, côté roseraie.
[3] Doit-on considérer ce choix de plantes dans le cadre de la diététique hippocratique où chaque aliment est classé selon qu’il est chaud, froid, sec ou humide... ? On doit alors choisir de consommer ces aliments selon les saisons. En hiver, ajouter des sauces aromatisées et épicées qui réchauffent, au printemps préférer les légumes verts, en été consommer des aliments froids et humides comme la salade ou le melon, en automne, il faut éviter le vin et les fruits et manger acidulé.
Doit-on considérer ces plantes comme médicinales selon l’Histoire Naturelle de Pline l’Ancien ? Au moins deux livres de médecine ont été répertoriés dans la bibliothèque du cardinal de Ferrare sur ce sujet.
Doit‐on enfin évoquer la gourmandise d’Hippolyte qui, le 20 mai 1529, avait offert un mémorable banquet organisé par Cristoforo da Messisbugo, à Belfiore (Ferrare), en l’honneur du mariage de son frère Ercole avec Renée de France ?

 

Les actualités


Du 01 Mar au 01 Juin 2017

Le bélier hydraulique
La restauration du bélier hydraulique

 

Assemblée du SAGE le jeudi 9 février, 10h, à l'abbaye de Chaalis.

  L'installation. Femme d’autorité, Rose Pamela de Vatry qui avait acheté le domaine de Chaalis en 1850, acceptait mal de dépendre de la bonne volonté d’Ernest de Girardin, châtelain d’Ermenonville et propriétaire de la source qui alimentait Chaalis en...

Le 07 Mar 2017

Prix Terre de femmes
                                                                                                                                                     Le 7 mars 2017 seront décernés les prix Terre de femmes, France.

En 16 ans d'existence du Prix Terre de Femmes, la Fondation Yves Rocher a récompensé plus...

Du 09 Mar au 17 Sep 2017

Pédagogie / Culture

Heures italiennes
Heures italiennes

De mars à décembre, voyagez dans l'art italien des Primitifs au Rococo à Beauvais, Chantilly et Compiègne, Chaalis...Heures italiennes c'est une exploration inédite des collections publiques de peinture italienne conservées dans les musées et dans les églises de Picardie. Des expositions de mars à décembre 2017.

Un voyage dans l’art italien

En...

Le 24 Juin 2017

Les fééeries de Chaalis

     Le premier Festival International de feu d’artifice Les Fééries de Chaalis proposera un spectacle inédit et haut en couleurs dès la nuit tombée. Concevoir et réaliser des shows pyrotechniques grandioses, telle est l’ambition que se fixe les artificiers de renom des pays représentés cette année.. Ciel libre pour ces artificiers qui exprimeront leur art et...

Du 11 au 12 Nov 2017

Les Bacchanales de Chaalis
Les 11 et 12 novembre 2017 se tiendront les Bacchanales de Chaalis organisées par le Rotary Club de Dammartin en Goële                                                  Salon des Vins et de la Gastronomie, animations pour enfants, dîner-spectacle, Sons et Lumières.

 

Le programme

L'année dernière, la qualité du...

Voir toutes les actualités